ASBL Comme Chez Nous | Le modèle CCN
1912
page-template-default,page,page-id-1912,page-child,parent-pageid-1807,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-13.6,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

Le modèle CCN

Combiner l’accueil et l’insertion

Le modèle consistant à combiner l’accueil d’urgence et l’accompagnement social vers l’insertion dans le même service découle de nos observations à partir du travail de terrain. Il n’y a, selon nous, pas de frontière clairement définie entre l’accueil d’une part, et l’insertion de l’autre. Subvenir à ses besoins d’urgence, prendre soin de soi, c’est déjà entamer le projet d’aller de l’avant. Il est impossible d’aller à une visite d’appartement ou au Forem si on est dans un état d’hygiène déplorable par exemple. L’accueil est de plus une accroche extrêmement efficace pour discuter avec les personnes, les motiver et les aider à élaborer un projet. L’idée d’aller dans d’autres institutions, dans d’autres services, pour avancer sur certains plans, est déjà une démarche en soi qui nécessite de l’accompagnement social. C’est pourquoi nous considérons que le parcours d’insertion doit débuter dès le centre d’accueil : nous pouvons, à partir de l’accueil, faire levier et faire lien afin de faire naître ces démarches. Cela s’oppose à l’idée qu’il y aurait l’accueil d’une part, l’insertion d’autre part, dans des services séparés.

Le logement : une problématique parmi d’autres

Le public sans-abri est spontanément associé à une demande de relogement. C’est une représentation qui existe chez le grand public, mais également chez les personnes que nous accueillons, qui arrivent dans nos services avec l’idée que c’est ce que nous attendons d’eux. Pourtant, leurs situations sont variées, complexes et leurs problématiques sont multiples. Santé physique et mentale, troubles affectifs et familiaux, emploi et formation, situation financière et juridique, assuétudes,… Autant d’aspect qui s’auto-renforcent et qui peuvent rendre difficile, voire impossible, les démarches de relogement. Un phénomène également observé est qu’une partie des sans-abri relogés finissent par abandonner leur logement, car la transition vers une nouvelle vie est trop difficile.

L’ensemble de ces éléments doivent être pris en compte dans notre manière d’accueillir et d’accompagner, pour pouvoir déjouer les obstacles et ouvrir la porte à une insertion durable.

Un accompagnement à 360°

Nos accueillis frappent à toutes les portes, mais la complexité de leurs profils fait qu’ils ne rentrent pas dans les cases des institutions. Grâce à notre approche à 360°, nous jouons le rôle de lien. Nous prodiguons un accompagnement global et intégré de chaque personne, dans toutes ses dimensions. Nos différents services touchent à une multitude d’aspects (accueil, aide financière et administrative, accompagnement à domicile, insertion sociale, santé, vie affective et sexuelle, insertion socio-professionnelle,…). Lorsque l’intervention d’autres organismes est nécessaire, nous accompagnons (même physiquement) les personnes dans ces démarches et nous les intégrons dans le processus global de leur (ré)insertion.

Un modèle de prévention multiniveaux

Nous modélisons notre action sociale selon un schéma de prévention multiniveaux, en référence aux approches utilisées en sciences de la santé publique. Nous agissons sur les déterminants de la santé et de la précarité (prévention primaire) et nous œuvrons activement pour permettre à nos accueillis de prendre en main les problèmes liés à leur situation et améliorer cette dernière (prévention secondaire : tentatives de relogement, mise en ordre administrative et financière, accompagnement à l’insertion socioprofessionnelle, etc). Mais nous pouvons également adopter la posture du « prendre soin », ou de la veille socio-sanitaire, pour préserver la vie et la dignité des personnes dont les situations sont les plus insolubles/qui ne désirent pas entamer une démarche de réinsertion (prévention tertiaire). De la rue au logement, nous pouvons intervenir à chaque étape des parcours de vie, avec nos partenaires.

 Vers l’autonomie

Notre objectif : permettre à nos accueillis de gagner en autonomie grâce à l’acquisition de compétences psycho-sociales. En évitant la posture de « sauveur » et en tentant d’instaurer une relation d’égalité, d’adulte à adulte, entre nos travailleurs et nos accueillis, nous offrons l’opportunité aux plus fragilisés de s’insérer en société en y assumant leur rôle. Nous tentons par ailleurs d’apporter des réponses neuves aux enjeux actuels dans un contexte de faibles moyens. Nous ne sommes pas qu’un centre d’urgence : nous inventons des solutions là où, bien souvent, elles restent incomplètes. Par exemple : nos projets orientés vers le genre, la vie affective, la parentalité et la petite enfance, qui ont fêté leurs 10 ans en 2019.

La recherche-action

L’innovation sociale fait partie intégrante de notre modèle. Au départ du terrain, nous cherchons constamment à adapter notre réponse aux besoins. C’est pourquoi notre modèle est avant tout une « philosophie », c’est-à-dire une série de grands principes, et non un ensemble figé de services dont le fonctionnement et l’articulation seraient voués à ne jamais se transformer.